Notre métier : vigneron


Considérer le domaine comme un « tout » ou même comme un organisme à part entière...

...nous amène à penser plus largement et ne pas être focalisés sur la vigne uniquement mais sur tout ce qui l’entoure et qui interagit avec elle. De là, nous vient la notion de biodiversité liée directement à la multitude de milieux naturels tels que la prairie et les pourtours de vignes qui sont fauchés tardivement. Les bois, les haies spontanées ou plantées et les zones humides sont préservés. La mosaïque qui en découle a un impact très positif sur le paysage dont, nous, agriculteurs en sommes les gardiens. Par ailleurs toute la propriété est un refuge pour animaux sauvages, la chasse y est donc proscrite.

Q uand on parle de biodiversité, on pense d’abord aux animaux et aux plantes que nous voyons mais il y a aussi la partie non visible ou presque, la micro faune et flore du sol. La faible utilisation avec moins de 3 kg par hectare et par an de cuivre, métal qui nous aide à lutter particulièrement contre le mildiou, ne va pas tuer champignons et bactéries. L’humus, véritable garde-manger pour la plante va pouvoir se régénérer. Des labours superficiels vont y contribuer en aérant la terre sans la déstructurer.

La pratique de la biodynamie s’est imposée à nous lors de l’acquisition du Château La Grolet, celle-ci nous permet d’aider et d’accompagner la nature afin que nos vignes donnent le meilleur d’elles-mêmes en produisant des raisins riches et concentrés. Avec de si bons raisins, pour faire du vin, aucun intrant n’est nécessaire hormis du soufre. Mais il est utilisé en faible quantité afin de ne pas « bâillonner » le vin. Guillaume œuvre donc avec beaucoup d’écoute, d’attention et une sensibilité presque d’artiste pour sublimer les raisins.


U n vin qui est donc fait sans tricherie où toute technologie visant à modifier sa structure originelle est bannie, mais celle qui nous permet d’être plus précis et dans le respect du vin est la bienvenue. Les températures autorégulées par exemple nous permettent de guider nos levures dans le processus de fermentation. Ou encore l’utilisation de gaz inertes et d’un pressoir dernier cri afin de protéger nos moûts de l’oxydation et donc de réduire l’utilisation de sulfites.

Notre quête de pureté nous a amené à nous tourner en 2014 vers l’utilisation d’amphores ou plus exactement de jarres vinaires en terre cuite. Quoi de plus noble matériau pour élever du vin que celui dont il est issu, l’argile en l’occurrence. D’un point de vue plus technique, la terre cuite est plus respirante que le bois, cette oxygénation ménagée va alors aider à l’assouplissement des tanins et à l’ouverture du vin. Mais nous utilisons aussi des œufs en grés pour l’élaboration d’un rosé, la différence est la cuisson qui rend l’œuf hermétique à l’air. L’autre facteur aussi important est leur forme ovoïde, en effet l’œuf qu’il soit rond ou ovale est un véritable concentrateur d’énergies qui aident à la formation d’êtres vivants, pour le vin c’est la même chose tant soit peu que ce dernier aussi soit vivant ! Aussi l’absence d’angles et de coins permet un mouvement perpétuel du liquide. Des arômes qui, jusque-là étaient inhibés vont alors se révéler.


N Nous ne rejetons pas pour autant le bois, nos deux cuvées Quintessence et Tête de cuvée sont élevées un an en barriques neuves. Nous sélectionnons des barriques dont le bois a été chauffé doucement mais longtemps afin de ne pas apporter de goûts toastés trop prononcés toujours dans l’optique de respecter le fruit.

Lorsque l’on met du vin en barrique, il y a dans les premiers mois d’élevage un largage de tanins du chêne, qui avec le temps se combineront avec les tanins du vin. La conséquence est la fixation et l’assouplissement des tanins dans le temps. La palette aromatique va évoluer vers la complexité. Il faut donc un vin qui a les épaules solides pour supporter la barrique.